Journée mondiale de la liberté de la presse 2020 – Thème et pays hôte

La Journée mondiale de la liberté de la presse est une initiative des Nations Unies pour célébrer les principes de base de la presse et aussi pour rappeler au gouvernement de respecter l’engagement en faveur de la liberté de la presse. L’Assemblée générale des Nations Unies a commencé la Journée mondiale de la liberté de la presse en 1993 et suite à une proposition qui a été adoptée lors de la 26e Conférence générale de l’UNESCO en 1991, depuis lors, elle est observée chaque année le 3 mai. Cette journée marque également l’anniversaire de la Déclaration de Windhoek .

L’objectif de célébrer cette journée est de se concentrer sur la liberté de la presse et l’éthique professionnelle pour les professionnels des médias. C’est l’occasion de rendre hommage aux journalistes dont la vie a été détruite par le devoir; honorer les valeurs fondamentales de la liberté des médias; évaluer l’état de la liberté des médias dans le monde; protéger les médias contre les atteintes à leur indépendance.

“La liberté d’expression – un droit humain”

Comme indiqué à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la liberté d’expression est un droit humain fondamental.

Thème de la Journée mondiale de la liberté de la presse 2020 – «Un journalisme sans crainte ni faveur».

Cette année, dans un environnement médiatique de plus en plus compliqué, l’UNESCO a lancé une campagne mondiale dans les médias et les médias sociaux qui se concentre sur le thème «Journalisme sans crainte ni faveur». Le est divisé en trois sous-thèmes qui se concentreront sur

  • Sécurité des femmes et des hommes journalistes et travailleurs des médias.
  • Journalisme indépendant et professionnel libre de toute influence politique et commerciale.
  • L’égalité des sexes sous tous les aspects des médias.

Le 3 mai, il y aura des événements nationaux et locaux à travers le monde, avec d’autres sous la forme de discussions en ligne et d’ateliers pour la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Pays hôte de la Conférence mondiale sur la liberté de la presse 2020

Depuis 1993, la Conférence mondiale sur la liberté de la presse est organisée chaque année, donnant aux journalistes, aux membres de la société civile, aux autorités nationales, aux universitaires et au grand public l’occasion d’aborder les questions émergentes de la liberté de la presse et de la protection des journalistes et de travailler ensemble pour trouver des solutions.

Les Pays-Bas sont le pays hôte de la Conférence mondiale sur la liberté de la presse 2020.

La Conférence devait se tenir au Forum mondial de La Haye entre l’UNESCO et les Pays-Bas du 22 au 24 avril et se tiendra désormais au même endroit du 18 au 20 octobre. La Journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai) et la Journée internationale pour mettre fin à l’impunité pour les crimes contre les journalistes (2 novembre) seront une célébration conjointe.

En réponse à la décision de l’Organisation mondiale de la santé de déclarer le COVID-19 pandémie mondiale, il a été décidé de reporter la conférence afin de réduire les coûts et les risques pour les personnes impliquées.

Entre autres événements, le programme comprenait la toute première assemblée internationale des acteurs juridiques, une conférence universitaire sur la santé des journalistes, un festival de la liberté de la presse axé sur les jeunes et la cérémonie de remise du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO / Guillermo Cano.

Prix UNESCO / Guillermo Cano du Prix mondial de la liberté de la presse

Le 3 mai, le nom du lauréat du prix UNESCO / Guillermo Cano pour le Prix mondial de la liberté de la presse 2020 sera annoncé et la cérémonie de remise des prix aura lieu en octobre lors de la Conférence de presse sur la liberté mondiale à La Haye.

La création de ce prix est une initiative du Conseil exécutif de l’UNESCO et a été officiellement décernée le 3 mai par le Directeur général de l’Organisation à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Le prix a été nommé en l’honneur de Guillermo Cano Isaza, un journaliste colombien assassiné le 17 décembre 1986 devant les bureaux de son journal El Espectador à Bogotá, en Colombie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.